lundi 22 novembre 2010

Mauvaise graine de grand auteur

Orianne Charpentier est déjà l'auteur reconnu de deux romans poignants et pleins de subtilité pour la jeunesse, Madame Gargouille et La Petite capuche rouge, tous deux publiés chez Gallimard Jeunesse. Elle revient avec un troisième opus, qui même s'il n'est pas exactement une suite à La Petite capuche rouge, permet de retrouver l'inoubliable Méthilde, et le touchant Jérémy, narrateur de cette nouvelle aventure...




Présentation de l'éditeur:

Jérémy ne semble pas à plaindre. Une vie tranquille à la campagne, des parents aimants, un sœur aînée brillante. Pourtant, un profond malaise l'envahit. Il faut dire que rien ne l'intéresse et surtout pas les cours. De toute façon, quand on est bon à rien... Trop banal, trop petit, trop nul. Et puis, si son père pouvait être un peu plus "classe", il aurait moins honte. D'ailleurs, ses parents sont un peu bizarres en ce moment. On dirait qu'ils lui cachent quelque chose...


En effet, on lui cache quelque chose, et ce secret va bouleverser sa vie et celle de sa famille. L'énorme point fort de ce livre, c'est de faire passer entre les lignes toute la dignité et la profondeur des personnages en s'en tenant au point de vue de Jérémy, pourtant mal disposé à l'égard de ses parents, à qui il en veut de ne pas être comme il voudrait. Sa voix est pleine de force et d'émotion, sans jamais sombrer dans le misérabilisme mais sans non plus gommer les aspérités et les violences auxquelles l'adolescent doit faire face. Un très beau livre, à lire à tout âge, la gorge serrée et le sourire aux lèvres.

vendredi 15 octobre 2010

In memoriam...

Une pensée toujours émue pour le très regretté Edouard Levé, disparu il y a trois ans, et pour sa famille.







lundi 6 septembre 2010

La merveille de la rentrée littéraire

Traducteur, c'est un beau métier, et je me réjouis chaque jour de pouvoir le pratiquer. Il y a même des occasions où c'est une grâce, et c'est le cas avec Féroces, de Robert Goolrick, auteur d'Une Femme simple et honnête, paru aux éditions Anne Carrière en août 2009 (et qui s'est déjà vendu à plus d'un million d'exemplaires outre-Atlantique).




Un an après, les mêmes éditions publient son premier livre, dont le titre original est The End of the World As We Know It (littéralement "la fin du monde tel que nous le connaissons"). C'est bien la fin d'un monde que Robert Goolrick décrit dans ce livre magistral, la chute lente et splendide de la classe moyenne flamboyante des années 50 dans le sud des Etats-Unis et, dans le même mouvement, le fracas d'une vie. C'est splendide, déchirant et aussi très drôle. Quand j'ai découvert le manuscrit, je suis passée du rire aux larmes sans discontinuer sur près de trois cents pages. Traduire ce livre a été une expérience magique et difficile, inestimable.
La presse est déjà unanime (articles dans Psychologies magazine, Glamour, et des tas d'autres à venir dans les jours prochains), et on ressort complètement abasourdi de la lecture de ce livre. Je vous invite de tout mon coeur à participer à son envol chez nous, tellement mérité dans le paysage littéraire ambiant.


dimanche 13 décembre 2009

Usurpation involontaire

Grâce au zèle amical de Fredo, j'ai constaté que sur pas mal de sites marchands, on m'attribuait la traduction du roman de fantasy La Conspiration Merlin, de Diana Wynne Jones (chez J'ai lu). J'ai en effet beaucoup travaillé pour cet éditeur, mais je tiens à rectifier pour la traductrice et les lecteurs qu'il s'agit en fait d'un travail de Laurence Kiefé.

mercredi 14 octobre 2009

In memoriam Edouard Levé

"Les arts qui se déploient dans le temps me plaisent moins que ceux qui l'arrêtent"

Edouard Levé (1965-2007)














jeudi 1 octobre 2009

Le destin d'"Une Femme simple et honnête"...

Après l'article dans le "Elle" de vendredi dernier, vu dans le magazine "Psychologies" de ce mois-ci... Des louanges bien méritées pour ce fabuleux roman de Robert Goolrick, que j'ai eu un tel plaisir à traduire.